-15% sur votre commande avec le code GBZ15 ! Uniquement sur le site

Les Français et le CBD
  • 21 février 2022
  • by Matthieu

    Les Français et le CBD en 2022 : un sondage fait le point

    Le début d’année a été mouvementé pour le chanvre bien-être, et l’histoire entre les Français et le CBD continue. Le CBD en France en 2022 s’est fait une belle frayeur, avec la tentative d’interdiction de vente de fleurs par arrêté ministériel aux premières lueurs de janvier. En effet, pour des raisons « d’ordre et de santé publics », le gouvernement souhaite empêcher la vente « de fleurs et feuilles brutes » dans l’Hexagone. Une décision très mal accueillie par l’opinion générale, en particulier par les acteurs du milieu mais également par les consommateurs de CBD. Cependant, les arguments mis en avant dans le texte de l’arrêté n’ont vraiment convaincu personne. Y compris le Conseil d’État qui, trois semaines après la publication du texte, venait suspendre provisoirement l’interdiction de vente de fleurs. Une saga CBD, la première de 2022, que nous vous relations dans un précédent article.

    Le secteur du CBD a donc soufflé le chaud et le froid en l’espace de quelques jours. L’inquiétude cédait sa place au soulagement, en attendant une décision pérenne. Depuis, et après trois semaines d’un nouveau flou artistique, la filère du CBD a repris sa marche en avant. Et finalement, la tentative d’interdiction de la fleur n’aura que donné un nouveau coup de projecteur sur ce produit qui a conquis toutes les villes de France. De chaque épisode judiciaire, de chaque combat devant des tribunaux, le CBD et le chanvre bien-être sont sortis, jusqu’ici, vainqueurs. Et les différents feuilletons, relatés avec beaucoup d’intérêt par la presse écrite comme audiovisuelle, n’auront fait que donner une plus grande visibilité au cannabis légal.

    En 2022 en France, le CBD gagne en visibilité

    Ainsi, le CBD en France en 2022 est mieux connu qu’il ne l’était l’an passé. En effet, en juin 2021, Ifop réalisait un sondage sur le CBD en France. En février 2022, c’est le Huffington Post (via YouGov) qui pose la question aux Français de leur connaissance du chanvre bien-être et leur rapport au CBD. Seulement neuf mois séparent ces deux consultations, mais les chiffres sont assez significatifs. La France a toujours accusé un certain retard quant au cannabis. Les mentalités évoluent lentement et difficilement dans un pays pourtant connu comme étant le plus gros consommateur européen de cannabis illégal. Et le raccourci pris par le gouvernement, entretenant confusion entre fleur de CBD et THC, n’aide pas à la manœuvre. Informer clairement est pourtant une solide base pour permettre à quiconque de forger sa propre opinion.

    Mais au règne de la désinformation, celle-ci pouvant malheureusement aussi venir des plus hautes autorités (lire sur Le Monde), il faut savoir jongler entre le vrai et le faux. Avec les efforts récents de la presse française au sujet du CBD et du cannabis en général, nos concitoyens sont plus à même de comprendre par eux-mêmes les tenants et les aboutissants de ce nouveau secteur. La presse prend le pouls du pays, donne les outils de compréhension et corrige certains propos erronés. Par l’expérience, le Français se donne également les moyens de poser un regard clair sur le sujet. Et petit à petit, le changement de mentalité quant au cannabis et au CBD fait son bonhomme de chemin. Ainsi, cette évolution se traduit dans le récent sondage du Huffington Post. Mais il reste encore une longue route à parcourir pour le CBD.

    Les Français et le CBD en 2022, un sujet mieux connu

    En comparant les sondages de juin 2021 et février 2022, une chose est claire. Le CBD en France en 2022 est un produit connu d’une très large majorité de la population.

    En effet, en juin 2021, 55% seulement des Français annonçaient avoir déjà entendu parler du CBD. Neuf mois plus tard, ils sont 78% à répondre par l’affirmative. D’une grosse moitié de Français, on passe à plus de trois quarts de la population. La multiplication des boutiques de CBD dans tous les centres-villes de France et les démêlés judiciaires de la filière, largement relayés dans la presse, expliquent ces chiffres. Les tranches d’âges montrent bien qui, au sein de la population, sont ceux les plus concernés par le CBD. En effet, les 18-54 ans ressortent de l’étude. 88% des 18-34 ans et 83% des 35-54 ans ont déjà entendu parler du CBD. Pour les 55 ans et plus, ce chiffre tombe à seulement 68%. Chez Greenboyz, notre clientèle s’étale de 18 à plus de 70 ans. Cependant, nous remarquons également que la fourchette moyenne se situe entre 25 et 55 ans.

    En février 2022, 78% des Français disent avoir déjà entendu parler du CBD

    Sondage YouGov/Huffington Post

    Reste néanmoins que pour les 55 ans et plus, le chiffre est passé d’environ 40% en juin 2021 à, donc, 68% en février 2022. Déjà en tête l’année précédente, les femmes font croître leur avance sur les hommes. De 55% à avoir entendu parler du CBD en 2021 (contre 54% pour les hommes), elles sont désormais 81% à être au courant en 2022, contre 75% des hommes.

    Les Français et le CBD : des consommateurs toujours plus nombreux

    Plus de gens au courant de l’existence du CBD, cela se traduit évidemment par plus de consommateurs et consommatrices.

    8% des Français disaient en avoir déjà consommé en 2021. Ils sont aujourd’hui 15 à 16% de consommateurs (« régulièrement » ou « de temps en temps »). À cela, on peut ajouter les 8% déclarant ne plus en consommer, mais l’avoir déjà fait. Le pourcentage de personnes n’ayant jamais pris de CBD a donc chuté. Il est passé de plus de 90% en 2021, à 75% en 2022. Et ce sont les hommes qui en consomment le plus. Ils sont 19% contre 13% de femmes (à égalité à 8% en 2021). Les 35-54 ans devancent les 18-34 ans, avec 21% de consommateurs contre 19%. Le CBD n’est donc pas un fait qui touche particulièrement les jeunes. En comparaison, l’an dernier, 34% des 18-24 ans disaient avoir consommé du cannabis illégal au cours de leur vie.

    Les Français et le CBD : quelle consommation et pour quelles raisons ?

    Mais quels sont les produits au CBD que les Français préfèrent ? Sans surprise, les fleurs ressortent largement du lot. En « infusion » (32%) ou « en cigarette » (32%) sont les réponses les plus données par les consommateurs. Comprendre par-là que l’utilisation et la consommation de fleurs prend le pas sur presque tous les autres modes de consommation. Rappelons tout de même que nous déconseillons fortement de fumer des fleurs de CBD, une pratique évidemment nocive pour la santé, mais qui peut s’expliquer, comme nous le verrons plus tard. Au-delà des fleurs et résines, l’huile a beaucoup de succès avec une utilisation à hauteur de 32% des consommateurs. Viennent ensuite, plus loin, les produits de vape comme les e-liquides (18%), l’alimentaire comme les bonbons (16%), les produits cosmétiques (9%), puis les gélules (6%).

    Selon les tranches d’âges, la consommation changent. Les plus jeunes (18-34 ans) consomment majoritairement des fleurs ou des résines (40% en infusion, 42% en cigarette). Les moins jeunes (35 ans et plus) privilégient les huiles. En se penchant sur les raisons qui poussent les gens à consommer du CBD, on peut émettre plusieurs constats.

    Pourquoi les Français consomment du CBD ?

    Les jeunes Français consomment des fleurs, donc. Et ça ne plait pas. L’argument de santé selon lequel fumer des fleurs est nocif est incontestable. Cependant, on remarque que le CBD est beaucoup utilisé pour se détourner du THC. Un peu comme un produit de substitution, le CBD sert, pour 29% des 18-34 ans, à « remplacer le THC ». Un chiffre qui chute à 18% pour les 35-54 ans. Affirmer que le CBD mène vers le THC semble donc être un faux argument. C’est même plutôt l’inverse, avec une consommation que l’on peut rapprocher de celle de la cigarette électronique pour les anciens fumeurs de tabac. Et pour éviter de fumer du CBD, les options sont nombreuses. De quoi faire d’une pierre trois coups pour d’anciens fumeurs de cannabis illégal : l’arrêt du THC, du tabac, et la sortie de l’illégalité. Des arguments de poids.

    Les autres raisons de la consommation de CBD par les Français sont plus communes. 41% désirent agir sur des problèmes de sommeil ou de stress. Et notamment les plus jeunes. Ils sont 51% à vouloir améliorer leur sommeil et 47% à souhaiter subir moins de stress. 38% des consommateurs espèrent « lutter contre des douleurs, des inflammations ». Ce chiffre passe à 54% chez les 55 ans et plus. En fonction de l’âge, les maux changent et les raisons de la consommation de CBD évoluent. Comme les mentalités.

    Les jeunes Français mieux informés, la confusion entretenue ?

    Le regard des Français sur le cannabis change également. Nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre la différence entre CBD et THC. Et ce, malgré une certaine confusion entretenue consciemment ou non. Pour exemple, la question posée dans son sondage par le Huffington Post est peu claire. « Selon vous, existe-t-il une différence entre le CBD et le cannabis ? » On imagine ici que le média parle de cannabis illégal. Mais la question aurait plutôt dû concerner explicitement la différence entre CBD et THC. Néanmoins, 69% des Français y voient une différence. 22% ne savent pas et seulement 10% estiment qu’il n’y a aucune différence entre les deux produits. Chez les 18-34 ans, on passe à 77% de réponses positives, contre 14% de « je ne sais pas ». Chez les plus de 55 ans, 27% des Français ne peuvent exprimer une opinion.

    Cette confusion se ressent également quant à la question : « Dans quelle mesure êtes-vous d’accord, ou non, avec la décision du gouvernement de restreindre la vente de CBD ? » Que signifie « restreindre la vente de CBD » ? L’encadrer, interdire la vente de fleurs, autre chose ? Ainsi, difficile d’analyser les réponses. 37% des personnes interrogées sont « d’accord », 38% ne le sont pas. Le reste ne « sait pas ». Des chiffres à peu près équivalent dans toutes les tranches d’âges. Par conviction, habitude ou méconnaissance, les Français restent assez divisés sur la question du cannabis. Rappelons tout de même que les mentalités changent sur l’éventualité d’une légalisation. Pour la première fois, en 2021, la majorité (51%) des Français se prononçait pour. Reste à tous, autorités officielles, médias et acteurs du secteur, à faire des efforts d’honnêteté et de précision pour ne plus entretenir la confusion.

    Huile CBD Restock