Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

Cannabis et santé mentale : les jeunes LGBTQ+ s’expriment en photos

À Montréal, les enjeux de cannabis et santé mentale parmi la jeunesse LGBTQ+ du Québec s’exposent en photos. À la base de ce projet d’exposition, Oliver Ferlatte, professeur à l’école de santé publique de l’université de Montréal et chercheur au centre de recherche en santé publique. Son idée ? « Poser un regard nuancé sur la consommation de cannabis et la santé mentale chez les jeunes de la communauté LGBTQ+ et prioriser leur perspective », écrit l’université de Montréal sur son site internet.

Pour cela, Olivier Ferlatte a invité 46 jeunes LGBTQ+ âgés de 15 à 24 ans à « partager en photos (et en citations) leurs opinions sur leurs enjeux de santé mentale et leur consommation de cannabis ». L’exposition photographique sur le lien cannabis et santé mentale s’axe autour de quatre thèmes principaux : « l’utilisation de cannabis pour s’apaiser, l’utilisation de cannabis pour réfléchir et faire de l’introspection, les effets négatifs de la consommation, et les enjeux de santé mentale ». De là se dévoilent des questions portant sur l’anxiété, la sexualité, l’exploration du genre, la perte de contrôle ou la gestion des effets négatifs de la consommation.

Cannabis et santé mentale, un sujet « complexe »

Une quarantaine de photos sont exposées à la galerie La P’tite Porte à Montréal. L’objectif premier étant de donner la parole à la jeunesseLGBTQ+, en offrant un coup de projecteur sur leurs questionnements, leurs réponses et leurs espoirs. « Ce sont des jeunes qui consomment du cannabis et qui ont des enjeux de santé mentale. […] Mais c’est complexe. La personne peut se tourner vers le cannabis pour gérer ses problèmes de santé mentale qui sont souvent liés à de la stigmatisation, de la discrimination, que peuvent vivre ces jeunes dans leur environnement », explique Olivier Ferlatte.

« Dans ce contexte-là, on a demandé aux jeunes de prendre des photos qui reflètent leurs diverses expériences, et c’est ce qui est présenté dans cette exposition-là », où se mêlent donc cannabis et santé mentale. « On invite les gens à venir découvrir les perspectives de ces jeunes. Ces jeunes LGBTQ+ se tournent vers le cannabis de manière à se libérer des normes sociales et pouvoir vivre leur identité sexuelle ou de genre », ajoute le chercheur.

Casser les préjugés sur le cannabis et sur la jeunesse LGBTQ+

Pour le laboratoire de recherche communautaire, dont fait partie Olivier Ferlatte, l’exposition a pour autre but de « déconstruire les stigmas (clichés/préjugés, ndlr) liés aux enjeux de santé de mentale et à la consommation de cannabis et, d’autre part, réfléchir à des moyens pour améliorer et adapter les services de santé offerts aux jeunes 2S/LGBTQIA+* ». Les chercheurs ajoutent : « Les photographies invitent à une remise en question des normes cadrant les discours sur la santé mentale des personnes 2S/LGBTQIA+ », le tout dans un environnement « sans jugement ».

Et la déconstruction d’idées reçues est arrivée très vite dans le projet. « On était loin des stéréotypes normalement véhiculés sur les jeunes qui consomment », explique Olivier Ferlatte. « Ce n’était pas pour se  »geler » (se défoncer, ndlr) ou  »s’échapper », mais la consommation leur permettait de faire de l’introspection, de réfléchir à leur identité de genre ou sexuelle. C’est ce qui nous a surpris et qu’on ne voit pas dans les recherches habituelles sur les jeunes et le cannabis. » Un lien bien perceptible associe donc cannabis et santé mentale chez les jeunes de ces communautés.

*2SLGBTQ+ est un acronyme pour diverses orientations sexuelles et identités de genre, comme bispirituel, lesbienne, gay, bisexuel, transgenre, queer ou en questionnement et d’autres orientations sexuelles et identités de genre. 

Adapter l’aide aux enjeux des jeunes LGBTQ+

« On espère sensibiliser les intervenants pour adapter les services en santé mentale pour rejoindre cette population de jeunes qui vit avec des enjeux qui ne sont pas les mêmes que pour des jeunes qui ne sont pas LGBTQ+. On le répète, ces jeunes peuvent vivre avec des problèmes de discrimination, de stigmatisation que d’autres jeunes n’ont pas à vivre », appuie Olivier Ferlatte.

Le cannabis est donc un biais pour considérer les problèmes que peuvent vivre ces jeunes, et cette exposition entre cannabis et santé mentale le démontre parfaitement. C’est en partant de leur consommation qu’il est possible de jeter un regard plus large sur le vécu de nombreuses personnes, avec à terme l’ambition de pouvoir mieux aider et protéger cette jeunesse.

Cannabis et santé mentale : pour en savoir plus…

 

 

Bannière pub Green Punch CBD

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Lire Plus

29 Nov 2022
Le béton de chanvre démontre petit à petit sa valeur [GREENEWZ]
28 Nov 2022
Les rillettes au CBD, le nouvel OVNI culinaire de la folie CBD [GREENEWZ]
24 Nov 2022
Guillaume Gontard, le sénateur premier soutien du cannabis [GREENEWZ]