Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

Des cellules de cannabis clonées et cultivées dans un bioréacteur ?

Une entreprise israélienne affirme pouvoir cloner et cultiver des cellules de cannabis. Une méthode qui permettrait d’obtenir une substance contenant tous les principes actifs du cannabis, en offrant une stabilité du produit, ainsi qu’une puissance et une efficacité décuplées. Cette méthode pourrait entraîner la mise à disposition du public les avantages médicaux que présente le cannabis sous une forme moins coûteuse en termes de production, mais aussi d’impact environnemental.

C’est la société BioHarvest Sciences qui a imaginé cloner des cellules de cannabis. « Nous ne faisons absolument pas pousser la plante », explique son directeur général, Ilan Sobel, au Times of Israel. L’idée consiste simplement à « répliquer » des cellules de cannabis extraites d’un plant dans de grands réservoirs appelés « bioréacteurs ». Et ce, dans le but de produire un nombre important de cellules identiques. Celles-ci pourraient ensuite servir l’industrie médicale et pharmacologique en proposant un produit extrêmement stable.

Un contrôle total sur la production

Selon la firme israélienne, la méthode mise en place présente de nombreux avantages. « Nous cultivons les cellules de cannabis dans de gros bioréacteurs en seulement trois semaines, quand il en faut 14 à 23 pour le cannabis habituellement », continue Ilan Sobel. Mais ce n’est pas tout. « Notre technologie permet également d’augmenter de manière significative les niveaux de substances actives en pourcentage de poids, c’est-à-dire en taux, en comparaison à ce qu’on trouve normalement dans les plants. »

« En adaptant les conditions spécifiquement auxquelles les cellules de cannabis sont exposées, nous sommes en mesure de créer les compositions différentes désirées en matière de principe actif. Ce qui signifie que nous pouvons augmenter ou réduire les taux de cannabinoïdes présents », décrypte le patron de BioHarvest. Avec un environnement de culture tel, plus d’inquiétude concernant de possibles contaminations lors de la culture ou des récoltes trop différentes en termes de taux de cannabinoïdes. Obtenir des niveaux constants et stables de cannabinoïdes est en effet un véritable casse-tête dans la culture classique du cannabis. Cette méthode pourrait donc résoudre ce problème.

À quoi ressemblent ces cellules de cannabis clonées ?

Mais cloner des cellules de cannabis et les cultiver dans un bioréacteur, à quoi ça ressemble ? « La biomasse qui sort du réacteur est un amas de cellules identiques à celles qu’on trouve dans le cannabis classique. Il n’y a aucune modification génétique », continue Ilan Sobel. Si on devait, visuellement, trouver un comparatif, on pourrait dire que cette biomasse ressemble… à une sorte de crumble ! Cette matière peut ensuite être transformée en produits à fumer, en pilules, en gouttes, ou encore en chewing-gum pour les patients à qui elle est destinée.

Autre avantage, la biomasse peut couvrir l’intégralité du spectre du cannabis. On y retrouve tous les composants chimiques de la plante, c’est-à-dire une large variété de cannabinoïdes, mais aussi des terpènes ou des vitamines. « Il y a, dans notre composition, une importante quantité des deux cannabinoïdes majeurs, le CBD et le THC, ainsi que des quantités significatives de ce qu’on appelle des cannabinoïdes mineurs », comme le CBG par exemple.

Une avancée majeure pour le secteur médical ?

Pour le  patron de BioHarvest, l’impact de son innovation pourrait être « époustouflant » sur le marché du cannabis. Il estime que ses cellules de cannabis peuvent être jusqu’à douze fois plus efficaces que ce qui est récolté actuellement. Si le projet fonctionne comme prévu, le prix des produits pourrait être plus faible pour les patients, grâce à une production moins contraignante et moins risquée. Selon les calculs de l’entreprise, chaque kilowatt d’électricité produit huit fois plus de substance dans le bioréacteur que dans une plantation. Et les exigences en matière de terre réduites de plus de 90%.

« Ce qui est important ici, c’est que nous pouvons rendre le cannabis et le chanvre beaucoup plus utiles que ce n’était le cas auparavant, et à un moindre coût en matière de ressources planétaires. C’est une solution de bien-être durable, une solution susceptible d’apporter une contribution réellement inspirante au monde », conclut un Ilan Sobel très enthousiaste.

 

Bannière pub California CBD

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Lire Plus

29 Nov 2022
Le béton de chanvre démontre petit à petit sa valeur [GREENEWZ]
28 Nov 2022
Les rillettes au CBD, le nouvel OVNI culinaire de la folie CBD [GREENEWZ]
24 Nov 2022
Guillaume Gontard, le sénateur premier soutien du cannabis [GREENEWZ]