Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

En Thaïlande, du cannabis pour relancer le tourisme ?

Le « Royaume du sourire » carbure-t-il à la cigarette qui fait rire ? La « ganja », terme issu du sanskrit désignant le cannabis, a récemment été légalisée en Thaïlande. La plante peut être cultivée chez soi et vendue au sein de produits dérivés, à condition qu’elle soit de faible teneur en THC. « Dans les zones touristiques, les petits pochons d’une herbe de couleur vert clair sont désormais disponibles partout », écrit Libération.

Alors comment de l’herbe de cannabis peut remplir les étals des lieux à touristes en Thaïlande ? Si la plante a bien été retirée de la liste des produits stupéfiants en juin 2022, « de la législation à la pratique, il y a une épaisse zone grise où s’épanouissent les affaires », continue le quotidien français. En effet, les produits dérivés ou alimentaires, comme les huiles, doivent contenir moins de 0,2% de THC. Cependant, la loi « ne dit rien au sujet des feuilles [fleurs, ndlr] à l’état naturel ».

En Thaïlande, une zone grise bénéfique aux affaires

Il est seulement strictement interdit de fumer du cannabis en public. Une amende de 600 euros et trois mois de prison, voilà le risque encouru. Des sanctions très faibles par rapport aux autres pays d’Asie, comme à Singapour ou en Malaisie, où la peine de mort attend les trafiquants.

« Dès qu’ils ont annoncé que c’était dépénalisé, on a appelé nos fournisseurs. En fait, beaucoup de jeunes de Bangkok étaient déjà consommateurs, donc on a simplement changé d’échelle, on s’est mis à revendre », explique Tan Klongtawan, patron d’un bar discothèque à Bangkok.

« Khao San [quartier touristique de Bangkok] était devenu un quartier à l’abandon pendant la pandémie, continue Tan Klongtawan, toujours à Libération. C’est agréable de le voir revivre. Si le cannabis peut aider à attirer les touristes, tant mieux ». La plante est désormais en vente « sur les étals des marchés, dans les clubs de plage et même aux réceptions des hôtels », décrit le Guardian.

Le cannabis thaïlandais destiné au tourisme ? Pas sûr !

Pour le ministre de la santé Anutin Charnvirakul, d’abord porteur du projet de légalisation du cannabis à usage médical, puis de la législation récente, le but est de « légaliser la culture du cannabis « pour offrir un revenu d’appoint aux agriculteurs » et promouvoir la recherche ». Pas vraiment pour faire revenir les touristes en Thaïlande, alors que les dernières restrictions liées au Covid-19 ont été levées.

En effet, « le royaume ne veut pas d’étrangers qui viendraient uniquement pour fumer de la marijuana », précise de son côté Le Figaro. « Nous n’accueillons pas ce genre de touristes », a d’ailleurs déclaré le ministre de la santé.

L’ambassade de France en Thaïlande y est aussi allée de son message de prévention, le 17 août dernier. « L’ambassade de France en Thaïlande appelle les résidents et touristes de passage à la prudence concernant la consommation de cannabis en public. »

« Attention, la loi est claire, ajoute l’ambassade. Fumer du cannabis et du chanvre dans les lieux publics reste illégal en Thaïlande. Toute personne consommant du cannabis en public est passible d’une amende de 25 000 baths et de trois mois de prison ». La Thaïlande n’ambitionne donc pas – officiellement – à devenir un nouvel eldorado des consommateurs de cannabis.

Retour aux traditions en Thaïlande ?

Le cannabis a pourtant « toujours fait partie du paysage » en Thaïlande, raconte Libération. Un ingrédient de la pharmacopée qui « ne coûtait rien » et « poussait au bord de la route », explique un patron d’hôtel de 70 ans à Pattaya, célèbre station balnéaire. Une situation qui changera au cours de la guerre du Vietnam, alors que la Thaïlande sert notamment de base de repli aux soldats américains.

Ce retour aux sources, appuyé par un discours nationaliste, affronte de nombreuses critiques. Au sein du secteur médical, on accuse notamment le gouvernement « d’avoir privilégié les perspectives de gains financiers » au détriment de la santé des jeunes thaïlandais. Les récentes lois, où les failles sont nombreuses, sont critiquées. C’est notamment le parti Move Forward, « aile jeune, libérale et réformatrice du Parlement », qui s’élève face à « l’irresponsabilité » des « anciens militaires au pouvoir ».

 

Des baisses de prix folles

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Lire Plus

07 Oct 2022
VIH et séropositivité : le CBD et le cannabis à l’étude [GREENEWZ]
06 Oct 2022
Au Maroc, un cannabis thérapeutique porteur d’espoir [GREENEWZ]
05 Oct 2022
La Suisse veut lancer un projet de vente de cannabis [GREENEWZ]