Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

L’hôtellerie de luxe veut attirer les touristes du cannabis

L’hôtellerie se met petit à petit au vert ! Dans les pays ou régions où le cannabis a été légalisé, une forme particulière de tourisme émerge. En effet, certains vacanciers choisissent leurs lieux de villégiature en fonction de la possibilité – ou non – d’y consommer du cannabis. Les touristes font ainsi d’une pierre deux coups, profitant du patrimoine local tout en s’offrant un produit qui n’est pas forcément en vente libre, voire légal, chez eux.

Et pour accueillir ces touristes du cannabis, il faut des logements ! Et l’hôtellerie l’a bien compris, en proposant de plus en plus d’établissements que l’on pourrait qualifier de « cannabis friendly ». Des lieux pas réservés aux consommateurs d’herbe, mais où ils pourront quand même en faire usage. Mais de plus en plus, des offres diversifiées et des concepts poussés émergent, pour satisfaire tous types de clientèles, jusqu’au plus aisées.

Aux États-Unis, les canna-touristes sont nombreux !

Si l’hôtellerie cherche à varier son offre et ce, pour toutes les bourses, c’est notamment parce que la demande est forte. Cultivar Brands, une agence de marketing stratégique spécialisée dans l’industrie de cannabis, a mené une enquête en association avec MMGY Travel Intelligence afin mesurer la part de canna-touristes aux États-Unis. Ils estimaient, en 2020 juste avant la pandémie que 29% des « voyageurs d’agrément » aux USA pouvaient être identifiés comme faisant partie d’un « public de voyageurs motivés par le cannabis ».

Une étude plus récente, en sortie de crise du Covid-19, a révélé que ce chiffre avait tendance à augmenter, notamment parmi les générations Z et Y, donc les personnes nées à partir des années 1980. 37% des touristes internes aux États-Unis seraient intéressés pour s’engager dans au moins une activité liée au cannabis au cours de leur séjour. Même si ces chiffres restent une estimation, ils prouvent que le canna-tourisme existe bel et bien.

Une bonne affaire pour l’hôtellerie

L’hôtellerie y voit donc là un beau moyen de faire des affaires. Déjà, des logements au format guest-house ou dans l’esprit AirBnB ont émergé un peu partout, regroupés par la plateforme « Bud and Breakfast ». Le secteur hôtelier s’est engouffré dans la brèche, avec notamment la chaîne Bud+Breakfast (à ne pas confondre, donc), proposant des hôtels plutôt low cost accueillant volontiers les consommateurs de cannabis.

Mais les études récentes montrent que les clientèles plus aisées se prêtent au canna-tourisme. « Les données montrent que si vous regardez les revenus médian et moyen des ménages, le public intéressé par le cannabis a un profil très convaincant en ce qui concerne le revenu disponible », constate Brian Applegarth, fondateur de la Cannabis Travel Association et de Cultivar Brands. Une part des touristes a donc les moyens et est prête à dépenser pour certains services ou activités.

Des établissements plus luxueux ouvrent leurs portes au cannabis

Ainsi, de plus en plus d’hôtels de luxe s’adaptent à cette nouvelle clientèle, comme on le constate en Californie. Des établissements 4 étoiles qui proposent de multiples services. Humbolt Social gère ainsi plusieurs établissements et varie son offre. Leurs hôtels proposent un service de livraison de cannabis, une zone fumeurs accessible en extérieur et, en intérieur où fumer reste interdit, on trouve des produits comestibles au cannabis.

D’aspect, en revanche, ces hôtels ne montrent aucune connivence particulière avec le chanvre. Pas de grandes feuilles de cannabis ou de clichés liés à la consommation, les établissements, bien que luxueux, gardent un ton et une ambiance classiques dans l’hôtellerie. « Nous voulons soutenir le client consommateur de cannabis, mais nous souhaitons aussi être un endroit où sa tante ou sa grand-mère peut venir séjourner », explique le responsable de la chaîne, Jon O’Connor, à Travel Weekly.

L’hôtellerie inspirée par le tourisme viticole

Au-delà même de ces menus services, le secteur hôtelier s’inspire du tourisme viticole pour proposer de nouvelles activités. À la place de déguster du vin, de découvrir caves et vignes, on goûte du cannabis, rencontre les producteurs ou visite les fermes et les plantations.

« Je pense que certains endroits quatre ou cinq étoiles hésitent à adopter le tourisme du cannabis parce qu’ils ont peur de perdre leur clientèle. Notre expérience ici n’a pas démontré cela », a déclaré Brian Adkinson, qui a ajouté ces activités autour du cannabis à son établissement qui proposait déjà sensiblement la même chose pour le vin.

Et ce propriétaire veut aller plus loin, en proposant des repas ou des mariages cannabis-friendly. « Tout comme les gens veulent boire un verre lors des mariages, nous constatons que beaucoup de jeunes veulent pouvoir y consommer du cannabis également », a ajouté Adkinson. « C’est un autre indicateur, je pense, que le cannabis devient de plus en plus courant. En fin de compte, nous voulons le normaliser », conclut-il.

 

Bannière pub Super Lemon Haze CBD

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Lire Plus

07 Oct 2022
VIH et séropositivité : le CBD et le cannabis à l’étude [GREENEWZ]
06 Oct 2022
Au Maroc, un cannabis thérapeutique porteur d’espoir [GREENEWZ]
05 Oct 2022
La Suisse veut lancer un projet de vente de cannabis [GREENEWZ]