Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

Le chanvre industriel, « résolument une plante d’avenir »

La France est le premier producteur européen de chanvre industriel. Cette plante se cultive sur toute la planète, depuis maintenant des millénaires. Et très tôt, on a compris que le chanvre était réellement une plante multi-usages. Aussi bien pour ses fibres, ses graines que pour ses fleurs, le cannabis a rendu de fiers services tout au long de l’Histoire. Que cela soit pour fabriquer les cordages et voiles des navires de Christophe Colomb ou pour imprimer les Bibles de Gutenberg. Malgré une campagne de diabolisation au cours de la première partie du XXe siècle, qui a considérablement réduit la surface de production mondiale, le chanvre revient en force. Et notamment en France, où on en cultive de plus en plus. Mais qu’est-ce qu’est réellement le chanvre industriel ? De quoi parle-on et que peut-on bien faire d’utile, de nos jours, avec cette plante ?

Le chanvre industriel, qu’est-ce que c’est ?

L’expression « chanvre industriel » est utilisée en France notamment pour différencier les cultures de chanvre destinées principalement à l’industrie de la graine et de la fibre, du cannabis utilisé pour ses bienfaits. Mais en réalité, il existe quatre types de productions de chanvre. Un usage donc industriel, grâce aux graines et aux fibres. Un usage que l’on pourrait appeler « bien-être », donnant les produits, principalement au CBD, que vous retrouvez chez Greenboyz. Mais il existe également une production de cannabis à but médical ou thérapeutique, dans les pays qui l’autorisent ou l’étudient. Et enfin, un cannabis « social » à usage adulte, qu’on nomme couramment « récréatif » et actuellement encore interdit en France. Dans le langage courant, nous avons pris l’habitude d’appeler « cannabis » la plante illégale dans notre pays et « chanvre » la plante légale. C’est pourtant la même : le cannabis sativa L.

Et si l’expression « chanvre industriel » reste relativement récente, la culture du cannabis est connue depuis des millénaires. La plante aurait été domestiquée dès le Néolithique, ce qui en fait une des premières cultivées par l’Homme. On retrouve en Asie des poteries accompagnées de fibres de chanvre datées de 10 000 ans. Des cordelettes annonciatrices de l’avenir radieux du chanvre dans le domaine textile. Plus tard, durant l’Antiquité, on retrouve encore le chanvre dans le monde romain. Et notamment chez nous, en Gaule. Des sites de rouissage du chanvre se trouvaient dans le sud de la France. Le Moyen-Âge va continuer sur cette lancée, avec un usage important du chanvre dans la voilerie et la corderie, puis dans le papier. Parallèlement, on transforme les graines de chanvre en huile et les usages psychotropes ou thérapeutiques de la plante se multiplient.

À quoi sert le chanvre industriel aujourd’hui ?

De nos jours, l’industrie du chanvre utilise principalement les fibres de la plante. Elles se destinent toujours à la confection de textile, notamment pour la production de vêtements. De la fibre au fil, le chanvre est tissé, coloré et sert à la confection de chaussettes, de serviettes, de pantalons… D’ailleurs, les premiers jeans, en denim, étaient fabriqués à base de chanvre. Mais c’est aujourd’hui le secteur du bâtiment et de la construction qui s’est emparé d’une grande partie de la production de chanvre industriel. On trouve notamment des briques de chanvre, car la plante a aussi d’excellentes propriétés isolantes. On utilise bien sûr toujours le chanvre en huile, alimentaire ou cosmétique. Mais d’autres domaines prometteurs sont concernés : plastique biodégradable, biocarburant, papier… Les horizons pour le chanvre, sa culture et sa production sont nombreux. Pourtant, la plante est encore très minoritaire dans tous ces secteurs.

Quels sont les avantages de la plante et de sa culture ?

Quand on s’y penche de plus près, on se rend compte que la culture du chanvre présente énormément d’avantages. Pour Pascal Mortoire, directeur général de la Chanvrière, dans l’Aube, c’est « résolument une plante d’avenir ». Mais pour quelles raisons ? Tout d’abord, pour son mode de culture. Le chanvre ne requiert aucun pesticide, aucun engrais et très peu d’eau (cinq fois moins que le coton, par exemple). Une production écologique qui en font la plante bio par excellence. Mais certaines de ses propriétés ne sont pas compatibles avec tous les débouchés. En effet, le chanvre est un dépolluant naturel pour les sols. Il peut donc être chargé en métaux lourds ou en pesticides à l’issue de sa croissance. Selon les débouchés, il est donc important d’adopter une culture bio. Néanmoins, le chanvre a aussi une très grande capacité d’absorption du CO2. Son empreinte carbone est extrêmement faible.

Écologique, le chanvre est également un matériau robuste. Il est bien plus solide que le coton. C’est un puissant isolant thermique et phonique, des qualités recherchées dans la construction et le textile. La recyclabilité de la plante est importante. Pour des vêtements, du papier, mais également des biocarburants ou des plastiques biodégradables. Henry Ford, précurseur dans le secteur automobile, envisageait d’ailleurs la création d’une voiture à la carrosserie en fibres de chanvre et roulant au biocarburant. Mais pourquoi, malgré tous ces avantages, ne voit-on pas plus de vêtements en chanvre dans les rayons ?

Comment les lobbies ont tenté de tuer le chanvre industriel

Pour comprendre la position minoritaire du chanvre dans l’industrie, il faut remonter quelques décennies en arrière. Dans les années 1930, le chanvre devient « l’ennemi numéro 1 pour les Américains », relate France 3 Champagne-Ardenne. Ces derniers « favorisent le coton et le nylon », ainsi que le pétrole. Les États-Unis vont alors tout mettre en œuvre pour tuer l’industrie du chanvre. À l’aide d’une « taxation agressive et d’une campagne qui assimile le chanvre au cannabis », les Américains vont diaboliser le chanvre et l’écarter au profit des magnats du pétrole, du coton, de l’industrie forestière. En 1937, une loi « instaure la taxation de la production, du commerce ainsi que de l’usage industriel et médical du chanvre : le Marihuana Tax Act. Le chanvre décline alors rapidement. En France, on passe de 176 000 hectares cultivés en 1840 à 3400 seulement en 1939.

Un retour en force ?

Depuis, les choses ont changé. En 15 ans, les États-Unis ont fait exploser leur importation de chanvre, passant de 1,4 million de dollars à 11,5 millions. La France est de son côté le premier producteur européen de chanvre industriel. « Il y a environ 18 000 hectares de chanvre cultivés, dont 10 500 hectares en Champagne Ardenne », explique à France 3 Stéphane Borderieux, président de la fédération nationale des producteurs de chanvre. En 25 ans, il a quadruplé son exploitation. Écologique, durable, recyclable, le chanvre retrouve donc peu à peu ses lettres de noblesse.

Dans la plus grande usine de transformation des fibres de chanvre, dans l’Aube, une coopérative regroupant 515 producteurs, Pascal Mortoire, déclare : « C’est une plante qui pourra se glisser à l’intérieur de tous nos vêtements, de tous nos tissus, parce qu’elle a déjà eu cette place auparavant et qu’elle n’attend que nous, les utilisateurs et les consommateurs, pour reprendre cette place naturelle ». Reste que dans l’industrie textile, le coton écrase tout, avec ses 100 millions de tonnes produites chaque année, soit 100 fois plus que le chanvre…

pack promo cbd

Lire Plus

29 Nov 2022
Le béton de chanvre démontre petit à petit sa valeur [GREENEWZ]
28 Nov 2022
Les rillettes au CBD, le nouvel OVNI culinaire de la folie CBD [GREENEWZ]
24 Nov 2022
Guillaume Gontard, le sénateur premier soutien du cannabis [GREENEWZ]