Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

Le ministre de la santé s’oppose à la légalisation du cannabis

Cet été, François Braun a remplacé Olivier Véran au poste de ministre de la santé. Médecin urgentiste de 60 ans, il prend ses fonctions le 4 juillet 2022, au sein du gouvernement d’Elisabeth Borne. En acceptant le poste de ministre de la santé, François Braun prend ainsi la relève de son prédécesseur dans des dossiers que l’on connaît bien, comme par exemple l’actuelle expérimentation du cannabis thérapeutique menée en France, et qui prend du retard au grand dam des associations de patients. Son avis plus global sur le cannabis était aussi attendu. Mais le nouveau ministre de la santé ne déroge pas de la ligne tracée par ses prédécesseurs.

Ce n’est pas vraiment une surprise, mais François Braun ne semble pas être un grand fan du cannabis. Il faut dire que la réélection d’Emmanuel Macron et la victoire de son parti aux législatives n’inspiraient rien de bon aux partisans de la légalisation du cannabis. Un parti buté sur de vieilles croyances, des clichés, et un rejet presque total de la plante, comme le démontre l’action constante du ministère de l’intérieur et de son patron, Gérald Darmanin. Qu’il s’agisse de CBD – aux propriétés non-psychotropes, ou du cannabis thérapeutique, le gouvernement prône la prohibition ou avance à tout petits pas…

Un ministre de la santé, une vision arriérée…

Invité de BFM TV dimanche 23 octobre, François Braun était invité à s’exprimer sur deux sujets choisis parmi trois proposés par la chaîne. Et le ministre de la santé a sélectionné celui du cannabis. Il n’aurait peut-être pas dû… « Je ne suis pas, à titre personnel, favorable à la légalisation du cannabis », déclare-t-il en préambule. Pas vraiment étonnant pour ce ministre, qui suit quoi qu’il en pense la ligne tracée par le gouvernement. Mais ses quelques minutes d’intervention sur le sujet vont surtout se conclure par son expérience personnelle et sa vision du cannabis. Et là, le bât blesse.

Voilà la vision qu’a l’actuel ministre de la santé du cannabis. « Quand j’étais très jeune, il m’est arrivé de fumer un joint à une époque où j’avais les cheveux longs, le loden et je roulais en solex », raconte-il. Un cliché qui rappellera à certains leurs années hippie, à d’autres leurs années reggae, mais qui est loin de ce qu’on peut appeler une expertise en la matière. Mais une faculté qu’a tout personnage politique digne de ce nom de donner son avis tranché sur un sujet qu’il ne connaît pas. Et 40 ou 45 ans après ce premier joint, François Braun ne semble pas avoir appris grand-chose sur le cannabis.

Et un discours mensonger

Mais grâce à une pirouette, le ministre de la santé va quand même donner son avis d’expert sur ce qu’est le cannabis aujourd’hui.

« Mais pour repréciser : on ne parle pas de la même chose. On a aujourd’hui du cannabis qui est modifié, qui est extrêmement concentré, qui est dangereux et qui s’apparente plus à des drogues dures qu’à des drogues des années 1970 ».

François Braun, ministre de la santé.

Tant de choses à dire pour une si petite phrase… Le cannabis « d’aujourd’hui » s’apparenterait « plus à des drogues dures » ? À l’heure où la cocaïne est devenu un produit accessible, où l’héroïne, les méthamphétamines et d’autres détruisent à vitesse grand V des vies, est-il responsable de tenir un tel discours ? D’autant plus en France, où l’alcool en vente libre et promu comme trésor national est un véritable fléau. Pour commencer à parler sérieusement du cannabis, il faudrait d’abord engager un discours honnête.

Et puis, de quelles drogues des années 1970 parle-t-on, quand on les compare avec le cannabis de 2022 ? Le LSD, l’héroïne ? Pas sûr qu’il s’agisse là de produits plus soft. Mais entendons les dires du ministre de la santé. Le cannabis peut être dangereux, oui. Rien de surprenant avec le THC, addictif et psychotrope. Entendons que ce THC a des taux plus élevés aujourd’hui qu’ils ne le furent à l’époque. La solution ne serait-elle pas d’en encadrer la production et le commerce ?

Finalement, un vibrant plaidoyer pour la légalisation ?

Finalement, avec ses petites phrases sur le cannabis, le ministre de la santé ne vient-il pas de faire le meilleur plaidoyer pour la légalisation ? S’il estime que le cannabis est « mélangé », avec des ajouts dont on ne connaît pas l’origine, produit dans des conditions que l’on ignore, qu’il est trop fort, trop chargé en THC, mais que cinq millions de Français en consomment sans que les gouvernements successifs ne parviennent à réduire la consommation, enrayer les trafics et les crimes liés, pourquoi ne pas en encadrer tous les aspects, de la production à la commercialisation ?

Difficile, de nos jours, d’entendre le discours du ministre de la santé. Le Canada, où le cannabis récréatif est légal depuis quatre ans, n’est pas devenu un pays de zombies toxicomanes, comme le peuvent être des quartiers entiers rongés par le crack ou la meth. Il faut absolument que les hommes et les femmes au pouvoir fassent évoluer ce discours, pour pouvoir porter un nouveau regard et de nouvelles politiques sur le cannabis, s’ils en ont le courage.

 

Bandeau Huile CBD 40%

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Lire Plus

29 Nov 2022
Le béton de chanvre démontre petit à petit sa valeur [GREENEWZ]
28 Nov 2022
Les rillettes au CBD, le nouvel OVNI culinaire de la folie CBD [GREENEWZ]
24 Nov 2022
Guillaume Gontard, le sénateur premier soutien du cannabis [GREENEWZ]