Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

Qui était Frenchy Cannoli, l’expert des résines de cannabis ?

Frenchy Cannoli, ça vous dit quelque chose ? Il y a des noms qui résonnent différemment aux oreilles et des personnages qui restent dans les mémoires pour la façon dont ils ont marqué leur domaine. Impossible d’évoquer l’histoire du football sans parler de Maradona ou Zidane ! Impossible, de la même façon d’évoquer le cannabis sans parler de Jack Herer ou de Frenchy Cannoli. Et c’est le dernier d’entre eux qui nous intéresse aujourd’hui, car il est devenu une véritable légende, notamment du côté des États-Unis.

Mais qui était Frenchy Cannoli ? Comment ce Français est devenu une star outre-Atlantique et dans le monde du cannabis ? Une chose est sûre : il a eu une vie hors du commun, après « être tombé amoureux » du cannabis et notamment des résines – ou haschisch – dont il s’est fait une spécialité. Inconnu ou presque du grand public, son apport à l’industrie du cannabis en ont fait un personnage incontournable pour tous les amateurs de résines.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Frenchy Cannoli (@frenchycannoli)

De nombreux voyages à travers le monde

Frenchy Cannoli est né en 1956 et a passé une grande partie de son enfance à Nice. Il découvre très jeune le cannabis, à 17 ans, sous forme de haschich. « La première fois que j’ai fumé, c’était du Libanais. Je m’en rappelle vraiment clairement. Je dois dire que ça a été le début d’un grand amour ! », déclarait-il en 2015. À ses 18 ans, il quitte la France pour devenir fumeur itinérant et entreprend une sorte de tour du monde. Il découvre de nombreux pays producteurs de haschich, en Inde, au Népal, au Maroc ou encore au Pakistan.

Le Français passera surtout de longues années en Inde, dans la vallée de Parvati. « J’étais là pour faire ma réserve pour l’année. J’étais un clochard. J’y allais pendant quatre mois pour faire ma réserve et ensuite je repartais fumer sur la plage », a-t-il raconté de ses premières années de voyage. Mais partout où il passe, il se lie d’amitié avec les artisans du cannabis, découvre et apprend des techniques de fabrication traditionnelles voire ancestrales. Pendant 20 ans, Frenchy Cannoli emmagasine des connaissances et développe un véritable savoir-faire hérité d’un melting-pot de cultures.

Frenchy Cannoli, le »maître haschischin » 

Pas question pour Frenchy Cannoli de garder toute cette expérience pour lui. Jusqu’alors voué à une certaine clandestinité, le Français s’installe en Californie, en pleine ouverture du marché légal du cannabis. Dans le Triangle d’Emeraude où poussent parmi les meilleures variétés au monde, il joue de son savoir-faire pour faire découvrir un produit presque inconnu aux États-Unis, où la fleur pure tient le haut du pavé. Ses résines, sa technique de pressage, sa fabrication 100% naturelle et son expertise vont faire de lui une véritable star et une référence en la matière.

Ses temple balls, des résines de cannabis sous forme de petites boules, deviennent célèbres. Il participe à des conférences, transmet son savoir, donne des cours et des formations ou encore des conseils en tout genre. Transmettre ses connaissances ? « C’est la chose la plus importante que j’ai à offrir ». Il est également convié comme juge dans de nombreux concours, tout en restant fidèle à son premier amour : le haschich. « En tant que haschischin, je peux vraiment voir la qualité de la fleur par la production de la résine ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Frenchy Cannoli (@frenchycannoli)

Une analogie entre le cannabis et le vin comme maître-mot

Frenchy Cannoli compare sans problème le terroir viticole avec celui du cannabis, dans le Triangle d’Emeraude. « La compréhension scientifique grandissante des échanges entre le sol, le climat et les différentes variétés de raisin a transformé le vin en un breuvage de qualité », expliquait-il sur son blog. « Les vins étaient en train d’acquérir pour la première fois une identité, avec des caractéristiques spécifiques en fonction de la région de production : le terroir ».

« Le Triangle d’Emeraude, région du nord de la Californie, cultive légalement du cannabis depuis les années 1960. La richesse de son terroir et la génétique unique de variétés travaillées depuis 40 ans offrent d’énormes opportunités économiques, tout comme le Bordelais il y a 160 ans », comparait-il. Avant de conclure : « Et si le cannabis était le nouveau vin ? » Frenchy Cannoli est décédé en juillet 2021, à l’âge de 64 ans, mais laisse un héritage unique pour tous les cannabinophiles.

 

Bannière pub Nepal Bomb

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Lire Plus

07 Oct 2022
VIH et séropositivité : le CBD et le cannabis à l’étude [GREENEWZ]
06 Oct 2022
Au Maroc, un cannabis thérapeutique porteur d’espoir [GREENEWZ]
05 Oct 2022
La Suisse veut lancer un projet de vente de cannabis [GREENEWZ]