Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

Un vin au cannabis fait l’unanimité chez les grands chefs français

Fabriquer du vin au cannabis, c’est possible ? Sans problème pour Maxime Bordelot. Dans le vignoble nantais, à La Regrippière, le jeune homme de 33 ans a tenté l’expérience. Et ce n’est pas sa première folie. Déjà, avec son ami Romain Héraud, vigneron à Clisson, il s’était essayé à la création d’un vin houblonné. Une première en France. Un projet « tenté au départ pour rire », sourit Maxime à Presse Océan. « Wine Hop, vin blanc infusé à la fleur de houblon, est sorti des caves en 2020. Dans le même temps, j’ai vu toutes ces boutiques de CBD fleurir partout », et l’idée d’un vin au cannabis a germé.

Pas si fou, après le houblon. En effet, houblon et chanvre ont de nombreuses similarités, ce sont des plantes cousines, avec des fleurs très proches. Pourquoi, dès lors, ne pas tenter la même expérience avec le cannabis ? Celui qui est diplômé en qualité de « sommelier bière » s’est donc lancé dans ce nouveau projet, après avoir créé les bières Duck en 2015 puis passé plusieurs années à trouver la bonne recette pour son vin au houblon.

Ne dites pas « vin au cannabis », mais…

Bien sûr, le cannabis utilisé par Maxime Bordelot est légal, et ne contient que très peu de THC, la molécule psychotrope de la plante. Il utilise plutôt des variétés de CBD. D’ailleurs, pour éviter tout amalgame, cet Ovni de la vigne préfère parler de sa création comme un vin infusé à la fleur de chanvre, et non un vin au cannabis, « qui fait perdre la crédibilité au produit ». Car ce ne sont pas les effets du cannabidiol que Maxime cherche dans son chanvre, mais plutôt les arômes et les saveurs qui donneront un petit plus à sa production particulière.

C’est ainsi que ce vin au cannabis – pardon, au chanvre – est arrivé sur le marché, avec le petit nom de Brume. Mais le lancement a été difficile. Commercialisé mi-décembre 2021, le producteur subit alors l’arrêté ministériel sur la vente de CBD. « Le 30 décembre, le gouvernement prenait un arrêté prohibant toute détention et cession brute de feuilles et fleurs de chanvre ! Un mois plus tard, le Conseil d’État suspendait la mesure d’interdiction », raconte-t-il. Mais aujourd’hui, ses vins séduisent de plus en plus, au point d’être déclinés en cinq cuvées différentes.

Du vin au cannabis, mais lequel ?

Mais comment s’y prend Maxime Bordelot ? « Le procédé est toujours le même. J’utilise des fleurs naturelles françaises – il en existe une trentaine de variétés – notamment celles d’un chanvrier de Saint-Mars-de-Coutais (Loire Atlantique) », explique-t-il. De la Lemon Ice, au goût citronné, de la Cherry Haze, évoquant la cerise et les fruits rouges… « Quand j’en ai parlé aux anciens vignerons, ils m’ont pris pour un fou. Et puis j’ai fait des dégustations à l’aveugle sans leur dire et ils ont trouvé ces saveurs citronnées très flatteuses. “C’est vachement bon”, m’ont-ils dit ! »

De quoi donner envie de plus, comme ses deux nouveautés de l’été. « Brume blanc, que je travaille avec du melon blanc, cépage de notre territoire, et un assemblage de trois fleurs. Et Brume rouge, à base de cabernet franc. Le premier se marie très bien avec les plats épicés, le second avec les raclettes et viandes rouges. Il n’y a pas une cuvée avec un vin de moins de 36 mois sur lie. Je vais là où c’est le meilleur pour les matières premières. Et je revends le chanvre, après filtration, à des cuisiniers qui en font des marinades ou agrémentent leurs plats. »

Reconnu par le Collège culinaire de France !

Le succès est au rendez-vous, y compris chez les restaurateurs les plus estimés. « Le resto gastronomique du Château de Maubreuil à Carquefou le sert en accord mets vins, cet été, avec l’entrée petits pois, fraises blanches, menthe, balsamique blanc. Je suis aussi allé voir le chef étoilé Éric Guérin qui travaille avec des fleurs de chanvre. L’équipe de sommeliers de La Mare aux oiseaux a été séduite par le produit », se réjouit Maxime Bordelot.

Mais la plus grande reconnaissance restait à venir, quand il s’est vu décerné le titre de « producteur artisan de qualité » pour son vin au cannabis. Et pas par n’importe qui ! « Il est décerné par le Collège culinaire de France, constitué de 23 chefs français, parmi lesquels Georges Blanc, Alain Ducasse, Alain Dutournier, Thierry Marx ou Anne-Sophie Pic. Je rejoins ainsi les vignerons des prestigieux domaines Luneau-Papin, Éric Chevalier et Landron pour la Loire-Atlantique. Un véritable honneur ! »

 

 

Bannière Sugar Bomb Punch CBD

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Lire Plus

29 Nov 2022
Le béton de chanvre démontre petit à petit sa valeur [GREENEWZ]
28 Nov 2022
Les rillettes au CBD, le nouvel OVNI culinaire de la folie CBD [GREENEWZ]
24 Nov 2022
Guillaume Gontard, le sénateur premier soutien du cannabis [GREENEWZ]