Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

CBD et télétravail, traversée d’une période difficile [Témoignage]

Je m’appelle Marie, j’ai 33 ans et je vais vous raconter mon expérience du CBD, du télétravail et du confinement.

Je n’ai jamais beaucoup aimé la solitude. Déjà petite, j’avais besoin d’être le plus souvent entourée. Que ça soit avec des amies ou avec ma famille, j’ai toujours cherché la compagnie des autres. J’aime l’interaction, les échanges et le partage. J’ai donc orienté ma carrière professionnelle dans cette direction. Voilà plusieurs années que je travaille tous les jours au contact des gens. Enfin… travaillais. En effet, la période Covid que nous connaissons a changé beaucoup de choses pour chacun d’entre nous. La crise sanitaire a bouleversé nos habitudes personnelles et professionnelles. Elle nous a forcés à modifier notre train de vie. Et pour les habitués du travail collectif, au contact, les changements ont pu être parfois brutaux. Se retrouver seule face à soi-même pendant de longues semaines, lors du premier confinement, ça n’a vraiment pas été simple !

La crise sanitaire, une période angoissante

Pour moi, l’annonce du confinement en mars 2020 a été synonyme d’angoisses. Je suis très à l’aise avec les gens. Dans le cadre professionnel comme dans la sphère privée. En revanche, s’il y a bien quelqu’un avec qui j’ai des difficultés à me retrouver en tête-à-tête, c’est bien moi ! Et très vite, après seulement quelques jours, une vieille addiction est revenue montrer le bout de son nez. En effet, quand j’étais ado et mal dans ma peau (comme beaucoup d’ados !), j’ai suivi certaines pratiques de mes amies. Pour s’amuser, mais aussi pour chasser quelques pensées ou me changer les idées, j’ai commencé à fumer du cannabis. D’une consommation entre amies, je suis passée à en fumer seule. Puis l’addiction a fait son effet. Je fumais de plus en plus souvent, seule.

Et sans m’en rendre compte, je me suis retrouvée dans un cercle vicieux. Je m’isolais des autres pour fumer seule, alors que la solitude était souvent la cause de mes tourments. Heureusement, la fin des études, le début de la vie professionnelle et des coups de pied aux fesses m’ont permis de diminuer, puis stopper ma consommation. J’ai eu de la chance car ça s’est fait assez naturellement. J’étais passée à autre chose. J’étais dans la vie active, dans un milieu qui me plaisait. J’avais complètement sorti le cannabis de ma vie. Et ce, pendant plusieurs années. Mais une saleté de virus a tout fait remonter à la surface.

Une phase de télétravail sans CBD

Le Covid-19 est arrivé et avec lui son confinement, son télétravail, ses villes vides. La déprime s’est rapidement faite ressentir. Je tournais en rond, les sorties autorisées ne me suffisaient pas. Surtout, je n’avais plus de contact direct avec qui que ce soit, mis à part les caissiers du supermarché ! C’est là que j’ai commis une erreur. J’ai eu l’opportunité de me procurer du cannabis. J’ai pensé que ça m’aiderait à traverser ce premier confinement. Et puis, ça faisait longtemps que j’avais arrêté. Je me suis dit : « c’est juste pour quelque temps, ça va le faire ». Dans un premier temps, le cannabis calmait certaines de mes angoisses et m’aidait à dormir. Je suis pourtant vite retombée dans un cercle vicieux. J’étais inefficace dans mon télétravail, même avec le peu de dossiers que j’avais à gérer. L’envie de rien, même plus de sortir pour mon heure réglementaire.

Le confinement s’est arrêté à temps. Mais j’ai encore passé tout l’été en télétravail. Ma consommation s’est réduite, mais je me rendais bien compte que j’en ressentais le besoin. La reprise du boulot en présentiel n’a duré qu’un mois avant un nouveau coup dur à l’automne 2020 : télétravail et couvre-feu. J’ai donc eu une grande poussée d’angoisse à l’idée de replonger dans la situation du printemps. Je me suis confiée à des amies et l’une d’entre elle m’a parlé du CBD. Je connaissais le CBD, mais ce que je ne savais pas, c’est que je pouvais désormais m’en procurer légalement en France.

CBD et télétravail, la combinaison gagnante !

J’ai immédiatement pris la décision d’acheter des fleurs de CBD. Et ça a tout changé sur deux points essentiels. J’ai d’abord été prise d’un élan de confiance. J’étais sûre qu’avec le CBD, le télétravail et le couvre-feu allaient mieux se passer. Un peu comme quand j’avais arrêté de fumer des cigarettes, j’avais cette volonté et cet optimisme. D’ailleurs, j’ai débuté en fumant mes fleurs de CBD comme je le faisais avec le cannabis illégal. Mais je souhaitais me débarrasser de toutes mes addictions revenues quelques mois plus tôt, tabac compris. J’ai vite décidé de passer à la vaporisation, pour ne pas me pourrir la santé avec les effets de la combustion. J’étais déjà passée de la cigarette à la vapoteuse par le passé, le processus me semblait donc logique.

Parallèlement, le CBD a été salvateur. La consommation de fleurs a remplacé celle de cannabis illégal sans effort. Je pouvais faire mon télétravail en restant concentrée toute la journée. En même temps, l’angoisse de la solitude me semblait prendre petit à petit ses distances. J’étais clairement plus zen sans être défoncée. J’avais la motivation de faire du sport, des activités créatives, tout en passant une bonne nuit de repos. Mes besoins de THC et de tabac s’éloignaient eux-aussi. En prime, je retrouvais avec les fleurs de CBD un goût que j’appréciais et que j’étais contente d’apprécier sans craindre les effets négatifs du THC. Depuis, nous avons alterné plusieurs phases de boulot. Et, à chaque fois, le CBD et le télétravail ont fait bon ménage.

Sans fleurs de CBD, comment faire ?

Le mieux dans tout ça ? C’est que dès que je peux faire sans CBD, j’y arrive sans problème. Je ne consomme pas de fleurs de CBD pour anticiper aveuglément mes angoisses. Je me connais et je sais quand elles peuvent montrer le bout de leur nez. Comme pendant les périodes de télétravail, le CBD m’aide à affronter un quotidien plus stressant pour moi que d’habitude. Et je sais maintenant que sans, je cours le risque de retomber dans de très mauvaises habitudes… J’ai été très inquiète de voir, alors que le Covid flambait de nouveau fin 2021-début 2022, que les fleurs de CBD seraient interdites à la vente. Je voyais revenir le télétravail, sans mon CBD sous la forme qui me convient.

Heureusement, j’ai pu me tourner vers d’autres produits autorisés. J’ai été surprise de découvrir de très bonnes résines de CBD, loin du souvenir que j’en avais. J’ai été rassurée de voir que malgré les récentes décisions, il existait encore des alternatives afin que je puisse traverser mes moments de moins bien ! J’espère désormais, comme tout le monde, que cette crise sanitaire se finisse rapidement. Et je sais maintenant que j’ai un soutien de poids pour combattre mes angoisses de toujours avec le CBD.

Merci beaucoup à Marie pour son témoignage !

Lire Plus

07 Oct 2022
VIH et séropositivité : le CBD et le cannabis à l’étude [GREENEWZ]
06 Oct 2022
Au Maroc, un cannabis thérapeutique porteur d’espoir [GREENEWZ]
05 Oct 2022
La Suisse veut lancer un projet de vente de cannabis [GREENEWZ]