-15% sur votre commande avec le code GBZ15 ! Uniquement sur le site

essor du cbd
  • 26 octobre 2021
  • by Matthieu

    L’essor du CBD en 2021 : une ascension fulgurante

    Depuis l’arrêté européen de novembre 2020, le CBD est en plein essor. La décision de la cour européenne dans l’affaire Kanavape a ouvert un nouveau marché dans lequel beaucoup se sont engouffrés. Et ces derniers mois, on voit fleurir les CBD Shops à toute vitesse, aux quatre coins du pays. Les produits à base de cannabidiol se vendent dans les grandes villes comme dans les plus petites communes. Et de nouvelles réglementations vont permettre de localiser la chaîne de production. Après avoir pris le microscope pour faire le point sur la croissance de Greenboyz ces douze derniers mois dans un précédent article, regardons maintenant le marché français dans son ensemble. Et ce, alors qu’il est à l’orée d’une nouvelle ère. Petit bilan ensoleillé avant un futur radieux malgré quelques derniers nuages.

    L’essor du CBD en France, fulgurant et global

    C’est sans conteste la star de cette année 2021 ! Le CBD est partout. En quelques mois le chanvre bien-être s’est offert une place de choix dans nos centres-villes. C’est grâce à la décision de la Cour européenne de justice, en novembre 2020, que le CBD a connu un véritable essor en France. Pour rappel, l’affaire Kanavape a donné un nouveau visage au cannabidiol dans notre pays. Après une très longue bataille juridique, l’entreprise de cigarettes électroniques vendait des huiles de CBD à vapoter. En 2017, plusieurs mois de prison avec sursis et une amende très salée étaient prononcés à l’encontre des deux gérants. À la suite de l’appel de l’entreprise, on appelait l’Europe à la rescousse pour arbitrer cet épineux dossier. Celle-ci déclarait alors illégale « l’interdiction de commercialisation de produits à base de cannabidiol en France » dans une décision de novembre 2020.

    Ainsi débutait une nouvelle ère pour le CBD. Dès mars 2021, Les Echos évoquaient dans un article le nombre de 400 CBD Shop en France. Une croissance fulgurante et continue. Cela a déclenché un véritable boom du secteur dans l’Hexagone », expliquait alors Ludovic Rachou, président de l’UIVEC (Union des industriels pour la valorisation des extraits de chanvre). « La croissance du chiffre d’affaires est impressionnante. Depuis le début de l’année 2021, le secteur a engrangé entre 100 et 150 millions d’euros de chiffre d’affaires », continuait-il récemment. L’essor du CBD est donc impressionnant. Et cela se voit dans le paysage. Une sortie en ville, c’est l’assurance de croiser une boutique et ses divers produits au cannabidiol. Fleurs et résines, huiles, crème, compléments alimentaires… Le chanvre propose une variété telle que chacun peut y trouver son compte.

    Vers une rapide saturation ?

    Le marché du CBD, en pleine expansion, serait-il déjà proche de la saturation ? On pourrait le penser. De 400 boutiques estimées en mars 2021, on serait passé à 1700 CBD Shops selon les chiffres de L’Usine Nouvelle et du Nouvel Obs. Et environ 5 000 points de distribution (bureaux de tabac, vape shop), si on en croit toujours l’hebdomadaire. Ce à quoi on assiste ressemble au boum de la cigarette électronique il y a dix ans. Et la densité nouvelle des points de vente pourrait en laisser certains sur le carreau. Ludovic Rachou, dans L’Usine Nouvelle : « Les CBD shop sont partout, aussi bien dans les grandes villes que les toutes petites villes. À cela s’ajoute 2000 pharmacies qui vendent également des produits à base de CBD. »

    Pourtant, le Français est encore peu connaisseur du CBD. En juin dernier, une étude affirmait que seuls 8% des Français avaient déjà consommé des produits au cannabidiol. Et 45% de nos concitoyens n’en avaient jamais entendu parler. Un chiffre largement en baisse, alors que le premier tend à grimper. Une idée de ce à quoi ressemblera le futur du CBD en France.

    Avec l’essor du CBD, une nouvelle réglementation

    La démocratisation du CBD conduit les autorités françaises à modifier la réglementation. L’été a été clément également pour les professionnels. Notamment sur le plan juridique. Deux décisions en cour de cassation permettaient aux acteurs du marché du cannabidiol de consolider leurs acquis. L’arrêté déposé par le gouvernement prévoit de pouvoir relocaliser la production de chanvre destiné au commerce du CBD en France. Plus grand producteur européen de chanvre industriel, la France passe néanmoins sur ses voisins pour l’importation de fleurs de CBD mais aussi de produits finis. Cet assouplissement se révèle donc être une excellente nouvelle. Mais tout ne sera pas si simple pour le CBD…  Et notamment ses fleurs !

    Des fleurs de CBD déjà amenées à faner ?

    En effet, l’arrêté français prévoit l’interdiction de la vente de fleurs de cannabidiol. « On pouvait s’attendre à une extension de la commercialisation de la fleur française, mais cette décision d’interdire la vente de la fleur est un recul par rapport à l’arrêt Kanavape », estime de son côté Charles Morel, président du l’Union des Professionnels du CBD. Déjà, des recours sont prévus du côté des acteurs du marché. De plus, l’Europe pourrait à nouveau intervenir. Notamment en avançant l’argument du taux de THC dans la plante. Celui-ci, s’il est inférieur à 0,2%, est légal. L’Union européenne prévoit d’ailleurs de le rehausser à 0,3%. La France pourrait donc être amenée à se plier aux injonctions de l’UE. Le gouvernement pousse lui aussi, mais dans le sens inverse, avec ses arguments.

    La France peut-elle contrecarrer l’essor du CBD ?

    Alors que la décision de l’Europe statue sur la qualité non-stupéfiante du CBD, la France évoque des problèmes d’ordre public pour justifier cette interdiction. La difficulté pour les forces de l’ordre de différencier le CBD du THC serait le cœur du problème. Pourtant, chez certains de nos voisins, le problème a été résolu. La Suisse, par exemple, a équipé ses agents de tests rapides. « Mode d’emploi ?, écrit Le Nouvel Obs. On place quelques brins « d’herbe » dans un petit sachet de plastique épais contenant deux mini-ampoules. Puis, on presse entre le pouce et l’index pour libérer ces réactifs chimiques (hydroxyde de sodium et éthanol). On secoue… et en moins de 30 secondes, le liquide se colore. Rose, c’est du CBD ; bleu c’est du THC ! Simple comme bonjour. »

    Dès lors, il sera très difficile pour la France de faire valoir cet argument auprès de la Cour européenne. Si interdiction de vente de fleurs de CBD il y a, des recours seront rapidement déposés. Et avec des exemples forts pour appuyer la chose. Le cannabidiol a donc encore de beaux jours devant lui. Il risque d’être très difficile de lui fermer des portes qu’il a déjà ouvertes.

    2022, l’année de la confirmation ?

    Mi-octobre se tenait effectivement à Paris le premier salon international du CBD en France. De nombreux exposants et professionnels étaient dans la capitale française. Une manière de rendre encore plus visible et de matérialiser la croissance du marché du chanvre légal. L’année 2022 s’annonce donc passionnante pour les amateurs et les professionnels, tandis que l’essor du CBD ne semble pas en passe de s’arrêter de sitôt. De nouveaux produits et producteurs devraient également apparaître dans le paysage. Avec un aspect de plus en plus local et une agriculture française mise en avant. Pendant ce temps, nos voisins européens ne manquent pas non plus d’imagination et se montrent toujours plus créatifs. Le CBD n’a pas fini de faire parler de lui.