Toute commande passée avant 15h est expédiée le jour-même (du lundi au vendredi)

La Canebière, une histoire du chanvre à Marseille

La Canebière, célèbre artère marseillaise, est connue dans la monde entier. Son nom résonne aux oreilles de chacun, comme celui du Vieux Port par exemple. On le lit, on l’entend un peu partout, y compris dans certains chants des supporters de l’Olympique de Marseille, le club local, comme dans les textes de certains chanteurs et rappeurs. Mais la Canebière, tout le monde ne le sait pas, tire son nom du cannabis. Mais pas de celui qui se vend illégalement sous le manteau, ou légalement dans les boutiques du CBD !

En effet, le nom de Canebière évoque ici surtout le chanvre, et son aspect agricole ou industriel. Le nom lui-même est tiré de la plante. Il viendrait des termes canebiera et canebe en provençal, signifiant « chènevière », littéralement « le lieu où pousse le chanvre », lui même tiré du latin cannabis, dérivé – si l’on remonte encore plus loin – d’un mot thrace ou scythe, qui a donné kanab en persan, puis kannabis en grec ! Pour Marseille et sa Canebière, il faut remonter au XIVe siècle, période à laquelle la culture du chanvre va croître dans la région.

Au Moyen-Âge, du chanvre sur la Canebière ?

Mais comment sait-on que du chanvre était cultivé sur le lieu désormais appelé Canebière ? Grâce notamment aux travaux d’historiens, et plus précisément à ceux de Philippe Ponel, paléo-entomologiste à l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE). Ce chercheur et son équipe se sont en effet penchés sur le lieu en y appliquant leur spécialité, l’étude des insectes à travers les âges. Lors du creusement du parking Charles de Gaulle à Marseille, ils ont récupéré de nombreux échantillons de sédiments.

« Entre le XIVe et le XVIIe siècle, soit la période que nous avons étudiée, le site où se trouve aujourd’hui la Canebière était une zone de campagne située à l’extérieur des limites de la ville », explique en préambule le scientifique. En croisant les résultats de son équipe avec ceux de paléo-palynologues, spécialistes des pollens, ils ont pu reconstituer ce qu’ils appellent le « paysage » local au tournant du Moyen-Âge et de l’époque moderne.

Une « culture diffuse » du chanvre à Marseille

Ainsi, grâce à leurs études, les chercheurs ont pu prouver qu’à l’emplacement de la Canebière poussaient des pins d’Alep, des figuiers, mais également… du chanvre. La découverte de pollens de chanvre dans des quantités importantes décrit donc une « culture diffuse » du chanvre sur la Canebière. Ces résultats sont parfaitement compatibles avec d’autres sources historiques, qui démontrent qu’un probable chantier naval se tenait à l’emplacement de l’actuel Quai des Belges à Marseille.

Nous l’avons déjà évoqué, notamment avec les manufactures de Locronan en Bretagne : le chanvre servait à l’époque à la conception de cordages et de voiles pour les navires. En 1296, le comte de Provence Charles II obtient de la ville une concession afin d’y installer des chantiers navals, comme l’ont prouvé les travaux de Marc Bouiron et Louis-François Gantes publiés en 2001. La culture du chanvre sert alors ces chantiers et va perdurer pendant environ 400 ans, avant que les terrains ne soient vendus à des promoteurs et que la construction de nouveaux quartiers débutent.

Du chanvre à… la bière !

Pourtant, la première mention du terme Canebière retrouvée par les historiens ne date que de 1672, « dans une délibération du Conseil tenu par le Bureau des Affaires de l’Agrandissement chargé de vendre les terrains, de dresser et faire exécuter les plans d’urbanisation ». L’origine du mot liée au chanvre va même être détournée par les marins anglophones. Au début du XXe siècle, ces derniers traduisaient Canebière par « can-o-beer » (« cannette de bière »), en raison des nombreux débits de boisson présents sur l’artère.

Le lien entre chanvre et Canebière a alors été peu à peu oublié, jusqu’aux récents travaux des historiens. Mais l’artère marseillaise est restée célèbre ! Ce n’est d’ailleurs pas le seul lieu en France qui tire son nom du chanvre et du cannabis. On peut notamment penser aux villes de Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne), Chennevières-lès-Louvres (Val-d’Oise), ou Chenevières (Meurthe-et-Moselle), qui tirent toutes leur nom de la culture locale du chanvre.

EN BONUS : retrouvez sur le site de l’INA la vidéo « L’histoire de la Canebière », tirée d’une émission de 1960, à cette adresse !

 

Bannière pub Super Lemon Haze CBD

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Lire Plus

29 Nov 2022
Le béton de chanvre démontre petit à petit sa valeur [GREENEWZ]
28 Nov 2022
Les rillettes au CBD, le nouvel OVNI culinaire de la folie CBD [GREENEWZ]
24 Nov 2022
Guillaume Gontard, le sénateur premier soutien du cannabis [GREENEWZ]