Publié le

Les projets allemands de légalisation du cannabis illégaux ? [GREENEWZ]

Les projets allemands de légalisation illégaux ?

Les projets allemands de légalisation du cannabis illégaux ?

D’après une expertise de 53 pages présentée mercredi à Munich, les projets du gouvernement allemand de légaliser le cannabis vont à l’encontre du droit international. L’auteur de cette expertise, Bernhard Wegener, titulaire de la chaire de droit public et de droit européen à l’université Friedrich-Alexander d’Erlangen, a rédigé le document scientifique à la demande du ministre de la Santé du Land, Klaus Holetschek (CSU).

Selon l’expertise décryptée la presse, les plans de l’Ampel, la coalition au pouvoir en Allemagne formée par les sociaux-démocrates (SPD), les Verts et les libéraux-démocrates (FDP), violent en particulier les conventions des Nations Unies sur la lutte contre la drogue. « Les organes de contrôle des drogues de l’ONU considèrent dans leur pratique décisionnelle constante qu’une légalisation globale du cannabis telle que celle prévue par le gouvernement fédéral constitue une violation des conventions de l’ONU sur la lutte contre la drogue », explique l’expertise.

Des projets qui violent le droit européen ?

L’expertise souligne également que les projets de l’Ampel sont inadmissibles au regard du droit européen, selon lequel le commerce, la culture et la vente de cannabis prévus par l’État ou sous licence de l’État à des fins autres que scientifiques ou médicales sont « inadmissibles ». En conséquence, le ministre de la Santé du Land, Klaus Holetschek (CSU), demande au gouvernement fédéral d’abandonner ses projets d’autoriser la culture, le commerce et la consommation de cannabis à des fins récréatives. « Nous continuerons à nous battre pour qu’il n’y ait pas de légalisation du cannabis », a-t-il déclaré.

Bernhard Wegener souligne que la légalisation du cannabis en Allemagne va à l’encontre des limites imposées par le droit international et européen aux politiques nationales en matière de drogues. « Cette voie particulière, non coordonnée au niveau international et européen, est donc extrêmement risquée sur le plan juridique et menace de manquer d’emblée même les objectifs poursuivis par le gouvernement fédéral. Il a l’impression que le gouvernement fédéral s’est mis des œillères et tente d’ignorer le cadre juridique », a-t-il ajouté.

L’un des grands projets de la coalition au pouvoir

Le cannabis fait partie des grands projets de la coalition au pouvoir. Dans leur accord de coalition, le SPD, les Verts et le FDP avaient convenu de rendre possible une « distribution contrôlée de la drogue aux adultes à des fins de consommation dans des magasins agréés ». Le cannabis doit être cultivé et vendu en Allemagne de manière réglementée par l’État. La culture personnelle de quelques plantes sera également autorisée.

Les partisans de la légalisation du cannabis soutiennent que la politique d’interdiction n’a pas empêché l’utilisation, et qu’au contraire, la consommation a même augmenté. Ils soutiennent également que la vente légale et contrôlée par l’État pourrait améliorer la protection de la jeunesse et de la santé, car il y aurait moins de cannabis de mauvaise qualité, coupé avec des substances toxiques, sur le marché noir.

Un rapport qui peut peser ?

Cependant, les opposants à la légalisation affirment que cela enverrait un message erroné aux jeunes, qui pourraient être incités à consommer davantage de drogues. De plus, ils craignent que la légalisation du cannabis ne conduise à une augmentation de la consommation, avec des conséquences néfastes sur la santé publique et la sécurité routière.

L’expertise de Bernhard Wegener pourrait peser sur la décision finale du gouvernement allemand concernant la légalisation du cannabis. Le ministre de la Santé, Jens Spahn, a déjà exprimé ses doutes quant à la faisabilité de la légalisation, tandis que le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, s’y oppose fermement.

Le cannabis en Allemagne

En Allemagne, la possession de petites quantités de cannabis pour usage personnel n’est pas punissable, mais la culture, la vente et l’achat sont illégaux. Cependant, la législation sur le cannabis varie considérablement d’un État fédéral à l’autre, certains permettant l’usage médical et la culture à des fins personnelles, tandis que d’autres appliquent une politique répressive.

La décision finale concernant la légalisation du cannabis en Allemagne est attendue dans les mois à venir. Quoi qu’il en soit, cette question reste controversée et suscite des débats passionnés, tant au niveau national qu’international.

Bannière pub mango kush cbd

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !
Publié le

Dans un abattoir, la plus grande production de cannabis d’Europe [GREENEWZ]

La plus grande production de cannabis indoor

Dans un abattoir, la plus grande production de cannabis d’Europe

En Allemagne, dans un ancien abattoir, se cache la plus grande production de cannabis « indoor » d’Europe. C’est au beau milieu des champs, dans la région de Dresde, que se dresse le bâtiment rénové et adapté à la culture de la plante. Là, l’entreprise Demecan la produit en toute légalité, notamment pour fournir le marché du cannabis médical, autorisé en Allemagne depuis 2017. Elle fait partie des rares entreprises à avoir obtenu une licence de production outre-Rhin.

Bien sûr, Demecan est dans les starting-blocks. La firme attend avec impatience la légalisation du cannabis récréatif pour les adultes allemands, prévue à l’horizon 2024 par la coalition au gouvernement.

Une force de production prête à être déployée

Cet ancien abattoir, l’AFP est allée le visiter. « En entrant dans le bâtiment, une forte odeur prend au nez, alors que des centaines de pousses de marijuana fleurissent dans plusieurs salles, sous une lumière jaune aveuglante », écrit l’agence. Le complexe fait 120 000 mètres carrés et la production atteint une tonne par an. « Demecan livre aux pharmacies de petites boites, où sont entreposées les boules de cannabis séchées, destinées à être vapotées par les patients dans le but d’apaiser des douleurs », continue l’AFP.

Mais Demecan ne tourne pas à plein régime. L’entreprise pourrait « multiplier par 10 sa production » très rapidement afin de répondre à la potentielle demande massive prévue en 2024. Car si la légalisation est adoptée en Allemagne, chaque adulte pourra acheter de 20 à 30 grammes de cannabis récréatif. Celui-ci sera en vente au sein d’un réseau de points de vente agréés par l’État allemand. Un cannabis que le gouvernement veut à 100% local, même si pour le moment Demecan est autorisé à importer 20 tonnes par an du Canada.

La poule aux oeufs d’or allemande

Demecan fournit déjà « 55% du marché allemand » du cannabis médical. Elle se place en « pole position » chez nos voisins, estime Philipp Goebel, directeur général de l’entreprise. Et avec les estimations des experts, on comprend pour Demecan veut garder sa première place sur la grille. Le chiffre d’affaires en Allemagne pour le cannabis récréatif pourrait atteindre 4 milliards d’euros selon une étude de l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf. À condition que la production suive.

Mais la lutte va être rude et les places très chères. Cantourage, start-up berlinoise productrice de médicaments à base de cannabis à « introduit 15% de son capital à la bourse de Francfort » mi-novembre. Cansativa, unique plateforme allemande de vente en ligne de cannabis thérapeutique « a levé 15 millions de dollars en février… notamment auprès du rappeur américain Snoop Dogg », écrit l’AFP. Sanity Group, société de Berlin, est l’un des leaders européens du CBD et a « récolté fin septembre 37,6 millions de dollars ».

L’État se frotte les mains, malgré les contestations

Parallèlement, l’Allemagne espère près de 4,5 milliards d’euros de gains pour les finances publiques, toujours selon les estimations de l’université de Düsseldorf. Pourtant, le projet de légalisation et de production locale ne fait pas l’unanimité. Le président de l’association allemande des médecins le trouve « cynique », trouvant qu’il « est choquant de légaliser une substance dont nous savons qu’elle peut provoquer des dépendances et des troubles mentaux. » Dans l’opposition, on estime que c’est « un signal dangereux pour toute l’Europe ».

Cependant, de nombreuses voix s’élèvent pour une nouvelle réglementation autour du cannabis en Europe et dans l’Union européenne, appelant à mettre fin à la prohibition et à des années d’un tout répressif qui ne se sont conclues que par des échecs. Ces voix viennent notamment des industriels du cannabis, pour qui les avantages à un « New Drug Deal » européen seraient nombreux, mais aussi de certains pays membres, dont l’Allemagne ou la République Tchèque.

Bannière pub Green Punch CBD
Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !
Publié le

Le projet allemand de légalisation officiellement dévoilé [GREENEWZ]

Le projet allemand de légalisation dévoilé

Le projet allemand de légalisation officiellement dévoilé

On parle beaucoup du projet allemand de légalisation du cannabis récréatif ces dernières semaines. Car les choses avancent vite chez nos voisins d’outre-Rhin. Alors que le ministre de la santé français, François Braun, s’est déclaré contre la légalisation du cannabis, dimanche 23 octobre, son homologue allemand, Karl Lauterbach, a lui présenté les détails du projet mercredi 26 octobre à Berlin. Deux directions diamétralement opposées pour ces pays voisins et alliés. Mais tout n’est pas fait pour l’Allemagne, car ce texte doit encore être validé par l’Union Européenne.

Cependant, on commence à y voir plus clair dans la façon dont l’Allemagne veut rendre le cannabis légal. Déjà, ces derniers jours, plusieurs rumeurs avaient fuité, notamment sur la mise en oeuvre du projet allemand de légalisation, sur les questions de taux de THC, de quantités autorisées ou encore sur la publicité. Des points qui ont été rapidement démentis outre-Rhin par les autorités. Et la présentation de Karl Lauterbach est venue infirmer ou confirmer certaines de ces tendances.

Le ministre de la santé confiant

Le ministre de la santé, lui, est sûr de son coup. « Je pense que nous sommes bien préparés. Le projet allemand pourrait être un modèle pour l’Europe ». Il espère que « la légalisation aura lieu en 2024 », tout en précisant qu’elle n’autorisera pas tout. « Nous voulons créer un cadre et des conditions claires, avec des limites bien établies », a ajouté Karl Lauterbach. Le ministre de 59 ans souhaite « réguler strictement le marché et en contrôler la totalité ». Le tout en insistant sur une meilleure protection de la jeunesse en mettant l’accent sur la prévention, ainsi qu’une meilleure protection de la santé des Allemands vis-à-vis du cannabis.

« La légalisation du cannabis est nécessaire si nous voulons mettre fin à notre lutte infructueuse contre la criminalité liée à la drogue. La loi réduira également la consommation, notamment chez les jeunes. L’objectif est une meilleure santé et moins de consommation », a résumé Karl Lauterbach sur Twitter.

Les points clés du projet allemand de légalisation

Voici, en un coup d’oeil, les points essentiels du projet allemand de légalisation du cannabis, résumés par le Süddeutsche Zeitung.

  • Le cannabis et sa substance psycho-active principale (THC) ne devraient plus être classés sur la liste des produits stupéfiants.
  • L’acquisition et la détention d’un maximum de 20 à 30 grammes de cannabis récréatif par individu à des fins de consommation personnelle seront exemptés de sanction, quelle que soit la teneur en THC. Un taux de THC limite sera cependant mis en place dans le cadre de la vente légale.
  • La culture privée, ou auto-culture, sera autorisée et limitée à « trois plantes à fleurs femelles par adulte ». Ces plants devront être protégés contre l’accès des enfants et des plus jeunes.
  • La vente de cannabis sera rendue possible dans des « boutiques spécialisées agréées », accessibles uniquement aux personnes majeures de plus de 18 ans, et éventuellement en pharmacie. La publicité pour les produits à base de cannabis sera totalement interdite. Il y aura une limite d’achat et, pour le moment, aucune vente par correspondance. Le commerce sans la licence nécessaire restera interdit et punissable.
  • Un taux de THC plus faible que la limite sera peut-être mis en place pour les moins de 21 ans, « en raison du risque accru de lésions cérébrales liées au cannabis à l’adolescence ».
  • En plus de la taxe sur les ventes, une « taxe cannabis » est prévue dans le projet allemand, basée sur la teneur en THC. L’objectif est un prix final « qui se rapproche du prix du marché noir ».
  • Le cannabis sera en vente sous forme de produits à fumer, inhaler, ingérés sous forme de capsules, et potentiellement en produits à vapoter et en huiles. Les edibles, produits à manger comme les gâteaux ou les bonbons, seront pour le moment interdit.
  • Pédagogie, prévention, conseils, options de traitement sont des domaines qui doivent aller plus loin. Il faudra « mettre en place des programmes d’intervention (…) pour réfléchir sur la consommation des jeunes ».
  • Ces premières années seront scrutées de près. Après quatre ans, la réglementation sera évaluée et, si nécessaire, ajustée, notamment « en matière de santé, de protection de l’enfance et de la jeunesse, et de sécurité routière.

Quelques derniers aspects à régler

Le projet allemand de légalisation du cannabis est donc en marche. Restent évidemment quelques questions à régler, notamment concernant les taux de THC limite dans les produits vendus, les taxes, la production des plantes. Mais avant tout il faut que l’Union Européenne ne soulève aucune objection juridique…

 

Moon Rock CBD pub

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !
Publié le

La légalisation allemande du cannabis se précise [GREENEWZ]

La légalisation allemande du cannabis se précise

La légalisation allemande du cannabis se précise

Les grandes lignes de la légalisation allemande du cannabis se dessinent. Alors que nos voisins d’outre-Rhin prévoyaient l’arrivée en boutique du cannabis légal pour l’année prochaine, les grandes lignes de ce changement majeur dans la société allemande commencent à se préciser. Pour rappel, l’Allemagne autorise déjà la prescription de cannabis médical, dont peuvent bénéficier environ 200 000 patients. Mais le pays le plus peuplé d’Europe a récemment voulu passer à la vitesse supérieure.

« Mon objectif personnel est que l’année prochaine, nous soyons prêts à vendre peut-être le premier joint légal », déclarait début mai Marco Buschmann, ministre de la justice. Et la légalisation allemande du cannabis pourrait profiter à 4 millions de personnes. Un chiffre pas si élevé dans un pays de 83 millions d’habitants, surtout quand on le compare à la France où l’on trouve 5 millions de consommateurs pour 67 millions d’habitants.

Quelles sont les grandes lignes du projet ?

C’est notamment pour cette raison que l’Allemagne prend son temps pour dessiner les contours de sa future légalisation, à l’étude par la coalition tripartite au pouvoir. Mais les choses commencent petit à petit à se préciser, notamment sur des sujets comme la quantité de cannabis autorisée à la possession, le taux de THC dans les produits légaux, l’âge minimum d’achat, la localisation des boutiques, l’origine des plantes et, bien sûr, la partie financière, avec taxe et impôt.

C’est le ministre de la santé, Karl Lauterbach, qui a récemment précisé les principaux détails de la légalisation allemande du cannabis. Dans un premier temps, l’achat et la possession de 20 grammes de cannabis devraient être globalement dépénalisés et autorisés à partir de 18 ans. Cette limite de possession de 20 grammes devrait s’appliquer quelle que soit l’origine du cannabis et sa teneur en THC, et son respect n’entraînera pas de poursuites. Parallèlement, l’auto-culture serait autorisée à hauteur de deux plants par personne.

Les règles de la légalisation allemande du cannabis

Cependant, le taux maximum de THC dans les produits cannabiques légaux ne devra pas dépasser 15% et ce, afin de prévenir « les lésions cérébrales liées au cannabis ». Et pour la tranche 18-21 ans, ce taux maximum de THC passe à 10%. Mais en principe, le cannabis ne devrait plus être classé comme stupéfiant. Ainsi, pour les mineurs pris en sa possession, « l’impunité s’appliquera également », écrit le Süddeutsche Zeitung. Outre la confiscation du produit, ces mineurs pourraient néanmoins avoir à suivre des stages de prévention.

Concernant les lieux de commercialisation, des boutiques devraient voir le jour. À condition de respecter une certaine distance avec tout ce qui touche à la jeunesse. Impossible, donc, d’ouvrir son commerce à côté d’une école ou d’installations pour enfants et/ou adolescents. Il est également fort probable que la légalisation allemande du cannabis autorise les pharmacies à vendre des produits. Ce afin d’enrayer plus largement le marché noir, notamment dans les zones plus rurales. Des commerces où il est possible de consommer sont également envisagés.

Publicité interdite

Concernant la vente en ligne, « l’éloignement du marché noir serait probablement plus fort si le cannabis récréatif pouvait également être acheté sur internet, qui représente une part importante des transactions », dit également le projet allemand. Mais il sera interdit d’en faire la publicité.

En effet, et dernier point essentiel qui donne la teneur de la future légalisation allemande du cannabis : aucune publicité ou promotion ne sera autorisée. « Le cannabis récréatif sera vendu dans des emballages neutres sans design publicitaire », un peu à la manière des paquets de cigarettes français. De plus, « les incitations publicitaires à l’achat » seront parallèlement interdites pour les points de vente physiques comme sur internet.

Taxes et produits allemands seulement ?

Les produits vendus seront soumis à la taxe classique sur le chiffre d’affaires, mais une « taxe cannabis » sera sûrement mise en place. Selon les possibilités étudiées, « un calcul de l’impôt sur la base de la teneur en THC semble approprié ». Quant au prix des produits, ils devront avoir un tarif « qui se rapproche du prix du marché noir ».

Enfin, l’Allemagne souhaite mettre en place une production nationale de cannabis pour alimenter ce nouveau marché. En l’état des choses, l’importation semble impossible en raison des règles européennes et internationales en vigueur. « Selon cette évaluation provisoire, la demande nationale devrait être couverte par la production allemande », explique le rapport préalable au projet de loi. Et d’envisager plutôt les premières ventes en 2024, l’année 2023 devant être consacrée au vote et à la mise en place du projet de légalisation.

 

Bannière Sugar Bomb Punch CBD

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Publié le

Le marché allemand du cannabis fait déjà des envieux [GREENEWZ]

Le juteux marché allemand du cannabis

Le marché allemand du cannabis fait déjà des envieux

La légalisation du cannabis avance à grands pas chez nos voisins d’Outre-Rhin et le futur marché allemand promet d’être juteux. En légalisant le cannabis à usage récréatif pour les personnes majeures, ce après l’autorisation de l’usage médical, l’Allemagne va devenir, d’ici 2023-2024, l’un des plus gros marchés européens voire mondial en la matière. L’université de Düsseldorf table sur environ 4,7 milliards d’euros de recettes et d’économies cumulées. Un gros gâteau dont certains espèrent bien se tailler une jolie part !

Et pour le moment, tout semble indiquer une libéralisation du marché allemand, et donc la possibilité pour les acteurs étrangers de s’y installer. Et ça n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, notamment au Canada, où les entreprises canabiques lorgnent l’Allemagne. L’avocat allemand Kai-Friedrich Niermann, spécialisé dans le cannabis et co-auteur du rapport sur la future légalisation mené avec Burkhard Blienert – le monsieur drogue du gouvernement – en est convaincu : l’Allemagne adoptera « une approche libérale » dans l’octroi de licences de commercialisation.

Des boutiques canadiennes sur le marché allemand ?

Pour certains, c’est une aubaine. Ne pas voir le monopole de la vente de cannabis donné à des entreprises allemandes ouvre des horizons. C’est notamment le cas pour Raj Grover, fondateur et patron de High Tide, leader nord-américain de la vente de cannabis au détail. « Notre intention est d’établir une présence en Allemagne dès que la légalisation fédérale aura lieu. Notre objectif est d’y être présent dès que possible et de devenir l’un des leaders du marché allemand », a-t-il déclaré dans un entretien accordé à BusinessCan.

« Nous sommes les plus grands détaillants non franchisés avec 140 sites au Canada et nous gardons un œil très attentif sur la législation allemande. Nous sommes très enthousiastes à l’idée de pouvoir apporter notre concept de magasin de détail Canna Cabana en Allemagne », continue, ambitieux, Raj Grover. Et les choses avancent bien pour le boss de High Tide, qui déclare que des négociations et des discussions sont déjà en cours avec une « douzaine de partenaires potentiels », dont trois à quatre sont déjà implantés sur le marché allemand.

De l’expérience à revendre

Deux options s’offrent à Raj Grover : « Nous allons soit le faire à 100% par nous-mêmes, soit former un partenariat avec un acteur stratégique du cannabis en Allemagne sous la forme d’une co-entreprise. » Quoi qu’il en soit, le PDG du groupe canadien est déterminé. « Nous avons discuté avec de nombreux acteurs majeurs dans des domaines variés. Les entreprises allemandes qui souhaitent travailler avec nous sont très intéressées », se réjouit-il déjà. « Notre intention, c’est d’être en Allemagne. C’est un marché essentiel pour nous. »

Pour ce tout nouveau marché allemand du cannabis, Raj Grover s’appuie sur l’expérience d’High Tide, notamment au Canada. Un plus qui lui permettra de rapidement s’implanter. « Quand la légalisation a eu lieu au Canada, nous avons été un des premiers magasins à ouvrir », se félicite-t-il. Et en plus de ses 140 boutiques Canna Cabana, la société est très présente sur le marché des accessoires, avec une belle emprise aux États-Unis. Et le capital de High Tide s’en ressent. Les résultats du 3e trimestre 2022 font état de revenus records de 95,4 millions de dollars canadiens, une hausse de 98% par rapport à l’année dernière.

La bataille va faire rage pour s’emparer du marché allemand

Avantage de plus pour la firme « cannadienne », elle est déjà présente en ligne sur le marché allemand, par l’intermédiaire du CBD. Outre-Rhin, les investissements vont bon train dans le secteur du cannabis, de grands groupes internationaux placent leurs billes dans des entreprises allemandes, qui approvisionnent déjà pour certaines le marché du cannabis médical. Celui-ci compte près de 200 000 patients, mais pour High Tide, ce n’est pas l’objectif.

« Nous n’avons aucun intérêt à poursuivre la voie du cannabis médical », affirme le PDG. Notre objectif est d’établir des enseignes de plain-pied et nous attendons de plus amples détails sur ce que seront les règles. » Pour l’avocat Kai-Friedrich Niermann, elles seront les suivantes : « Selon toute vraisemblance, il n’y aura pas de plafond, de sorte que les magasins de vente au détail de cannabis seront probablement autorisés en nombre suffisant, même dans les centres-villes ». Que la bataille commence !

 

Bannière pub Fleur CBD

Avec les Greenewz, ne ratez rien de l’actualité du CBD, du chanvre et du cannabis !

Publié le

Allemagne : la légalisation du cannabis approche à grands pas

Allemagne : la légalisation du cannabis approche

Allemagne : la légalisation du cannabis approche à grands pas

« Il n’y a guère d’autre sujet de politique des drogues qui préoccupe autant les gens depuis des décennies que le cannabis », a récemment déclaré Burkhard Blienert, commissaire fédéral aux drogues en Allemagne. Il faut dire que chez nos voisins, le sujet a pris une nouvelle ampleur depuis novembre 2021. En effet, en Allemagne, la légalisation du cannabis figurait dans le programme d’une nouvelle coalition politique. Désormais au pouvoir, celle-ci vient de lancer, le 6 mai 2022, un « processus de consultation approfondi » afin de « rassembler les connaissances et les expériences, mais aussi d’aborder très ouvertement les objections et les réserves » quant à la légalisation du cannabis. Greenboyz décrypte ce qu’implique et comment sera mis en place ce changement majeur de l’autre côté du Rhin, et ce que la décision allemande peut changer en France.

Bientôt le « premier joint légal » en Allemagne ?

Le nouveau gouvernement allemand prépare une sacrée révolution. Verte, celle-ci ! « Nous introduisons la distribution contrôlée de cannabis aux adultes à des fins récréatives dans des magasins agréés », a déclaré la coalition tripartite à la tête du pays de 82 millions d’habitants. Un bouleversement outre-Rhin, même si l’Allemagne autorise déjà l’usage du cannabis thérapeutique depuis 2017. Pour rappel, ce n’est qu’en mars 2020 que la France a lancé l’expérimentation de l’herbe médicinale. Cependant, libéraliser le cannabis récréatif pour toute la population majeure n’implique pas les mêmes moyens ni les mêmes enjeux. C’est pour cela que la coalition lance « un processus de consultation approfondi » et prend son temps avant la rédaction d’un texte de loi, prévu d’ici la fin de l’année 2022. Les préparatifs impliqueront donc les Länder (les régions), les communes, les scientifiques, les associations et la société civile, précise Libération.

Tous les sujets seront donc abordés d’ici l’automne. « La protection de la santé, la culture, les chaînes d’approvisionnement ou encore la taxation », écrit le quotidien français. Le tout avec comme mot d’ordre « la protection de la jeunesse », ajoute Burkhard Blienert. « Au final, ce n’est évidemment pas plus mais moins de jeunes qui doivent consommer du cannabis en Allemagne ». Fin 2018, on estimait à 4 millions le nombre d’Allemands consommateurs annuels de cannabis, contre environ 5 millions en France pour une population moindre. Pas question, donc, d’aller trop vite en besogne, même si le processus avance bien. Le projet de loi doit être déposé d’ici la fin de l’année, pour une application au premier semestre 2022. « Mon objectif personnel est que l’année prochaine, nous soyons prêts à vendre peut-être le premier joint légal », déclarait début mai Marco Buschmann, ministre de la justice.

https://twitter.com/ARD_BaB/status/1524372395649343488

Allemagne : la légalisation preuve d’un changement des mentalités

Des propos qu’on n’a pas l’habitude d’entendre de ce côté-ci de la frontière. Tout cela semble notamment venir d’un basculement des mentalités. Comme l’indiquent les déclarations de Karl Lauterbach, ministre de la santé allemand. « J’ai changé d’avis à ce sujet au cours des deux dernières années. J’ai toujours été opposé à la légalisation du cannabis, mais j’ai revu ma position. Je pense que les dangers d’une non-légalisation sont plus importants », a-t-il expliqué à Handelsblatt. Des dangers notamment liés au cannabis de synthèse. Une étude de l’université d’Ulm constatait huit fois plus de cas de psychoses liées à la consommation de cannabis en 2019 qu’en 2011. La cause : de l’herbe coupée aux adhésifs de synthèse et des taux de THC délirants. La légalisation du cannabis permettra une production encadrée, alors que près de Dresde, les premières récoltes d’un cannabis 100% allemand, destiné au marché médical, viennent d’être effectuées.

Mais le sujet fait-il débat au sein de la population allemande ? « On en parle, mais sûrement moins que si cela se passait en France », juge Johan, expatrié à Erhfurt depuis quatre ans. « C’est un sujet de conversation, mais pas beaucoup plus. Et c’est encore à l’état de projet. Je pense que la majorité des jeunes est pour la légalisation du cannabis. Chez les plus âgés, il y a encore quelques réticences ». Les mentalités évoluent donc, mais les restes de décennies d’un discours diabolisant se font encore sentir. « On entend encore des choses comme le cannabis est un tremplin vers d’autres drogues, mais les jeunes sont plus préoccupés par les dégâts engendrés par une herbe coupée ou trop forte », explique Johan. Des craintes que la légalisation pourrait faire disparaître. « Globalement, l’Allemagne est plus ”cool” que la France sur le cannabis », conclut-il.

Une manne financière, quatre ans d’expérimentation

La coalition entre les Verts, les socio-démocrates du SPD et les libéraux du FDP s’accorde également sur la question de la légalisation du cannabis en Allemagne. Chaque ministre y va de son commentaire. Celui des finances, Christian Lindner, écrivait le 6 mai sur Twitter : « Une question que de nombreuses personnes me posent sans cesse : quand la Bubatz [argot allemand pour le cannabis] sera-t-elle légale ? Je dirais : bientôt. » Pour les caisses de l’État allemand, c’est évidemment une énorme manne financière. La légalisation du cannabis pourrait rapporter 4,7 milliards d’euros de recettes fiscales annuelles. Ainsi que créer environ 21 000 emplois, selon une étude de l’université de Düsseldorf.

Les professionnels, déjà engagés dans la production d’un cannabis à but thérapeutique, se frottent évidemment les mains. « Au début, on se demandait s’il fallait légaliser ou pas. Maintenant, le débat c’est comment faire cela correctement. Avec la légalisation, tout le monde est gagnant », estime le PDG de Demecan, Constantin Von der Groeben. Le cannabis est déjà là, mais il se vend sur le marché noir en toute illégalité. Cela doit et peut changer si on régule tout cela intelligemment ». L’Allemagne a donc totalement changé son point du vue sur le cannabis. Un basculement dans les plus hautes sphères du pouvoir qui donne un énorme coup d’accélérateur à la filière. Prudente, elle testera sur une période de quatre ans son cannabis récréatif légal, avant de tirer un premier bilan. La France, souvent prompte à suivre son voisin, s’inspirera-t-elle du futur modèle allemand ?